Robert Mitchum : Just cool. 22 films, tous les soirs de mai après minuit.


 
Parmi les grandes gueules hollywoodiennes, Robert Mitchum a incarné le flegme et la cool attitude, avant Marlon Brando et Ryan Gosling. Soldat, flic, tueur ou amant blessé, il trainait sa dégaine nonchalante du comédien qui semblait se moquer éperdument de ce que l’on pouvait penser de lui. Retour sur quelques rôles emblématiques au fil d’une intégrale sur TCM Cinéma.


 
L’ANTIHÉROS ROMANTIQUE : Avec son air d’avoir déjà tout vécu, Mitchum n’a pas son pareil pour donner l’impression que ses personnages trimballent derrière eux un passé aussi douloureux qu’extraordinaire. Il y a de la virilité et de la faiblesse chez Mitchum. Une ambivalence qui va le poursuivre. Dans Ciel Rouge, il offre ses services aveuglément à un vieil ami avant de douter puis de se retourner contre lui. Mais c’est surtout dans La Griffe du passé de Jacques Tourneur, qu’il se transforme en icône dans le rôle d’un ancien détective qui ne parvient pas à refaire sa vie. Avec ce rôle mythique, il invente l’un des premiers véritables anti héros hollywoodien, flic aussi désabusé que romantique.


 
LE NONCHALANT JUSTICIER : Avec son sourire flegmatique, ses airs de Droopy défoncé, Mitchum donne toujours l’impression de ne pas s’intéresser aux autres, ni à ce qui l’entoure. Le monde lui semble une vaste blague. Dans Mariage croisé, en une moue amusée, on comprend qu’il n’est pas dupe des magouilles de Janet Leigh pour s’enrichir. Mais c’est dans Feux Croisés, immense succès de l’année 1947, qu’il s’engage le plus en soldat appartenant à une escouade dont l’un des membres a tué un juif mais à qui il n’a même pas besoin de faire la morale. Dans la vie, Mitchum fut ainsi de ces rares acteurs qui refusèrent sans jamais s’en vanter de donner le nom de ses copains communistes au cours de la chasse aux sorcières.


 
LE BON VIVANT : Grand fumeur de marijuana devant l’éternel, Mitchum dut passer quelques semaines en prison à cause de sa dépendance. C’est au cours de cette période tapageuse que fut tourné le polar Ça commence à Vera Cruz de Don Siegel, le futur réalisateur de L’Inspecteur Harry. Par pure provocation envers les censeurs, Mitchum aurait bu plus que de raison de la Tequila sur le tournage.


 
LE MACHO COOL : Si déjà dans ses premiers rôles, comme dans Girl Rush, il jouait de son physique avantageux et de sa gueule de dragueur, c’est dans les années 50 qu’il est devenu un sexe symbole, en dur à cuire auquel aucune femme ne résiste. Dans Les Indomptables, bien qu’il soit un peu handicapé, il incarne un champion de rodéo, en compétition virile avec ses partenaires. Le truc de Mitchum, il donne toujours l’impression aux femmes qu’il ne s’intéresse pas à elle alors qu’il est souvent fou d’amour au point de se sacrifier pour elles comme dans Voyage sans retour. Pour Fini de rire, il forme avec Jane Russel le couple phare, le plus sexy de la RKO. Dans le magnifique Cœurs insondables,  il ravit le cœur et le corps d’Ava Gardner, comédienne avec qui il débute alors une de ses nombreuses histoires que l’on a dite très passionnée.


 
LE SALAUD : Même quand il incarne la figure du bien, il est au-dessus de la morale des hommes. Alors en salaud, il peut être le pire de tous tel le pasteur assassin de La nuit du chasseur, véritable loup enragé et impuissant, hypocrite et cynique, capable de se rire de Dieu et de tuer des enfants pour ravir un joli magot. Il n’est pas plus fréquentable dans Les nerfs à vif en ex taulard prêt à toutes les turpitudes, les plus immondes pour se venger de l’avocat qui n’a pas voulu le défendre. Dans le flamboyant western, Track of the cat, il c’est une ordure véritable, aussi machiste qu’égoïste.


 
LE REBELLE : Mitchum a toujours considéré son métier comme un simple gagne pain au point de ne pas se laisser intimider sur les tournages par les forts en gueule de la profession. Sur le tournage de Angel Face, il gifla son réalisateur Otto Preminger qui lui avait demandé d’aller gifler réellement sa partenaire Jane Russel. Dans Macao, le paradis des mauvais garçons (un titre qui lui va bien), Mitchum fut l’un des rares acteurs – sinon l’unique - à savoir remettre à sa place le grand Josef Von Sternberg dont il ne supportait pas les fureurs tyranniques.

TOUS LES FILMS

TOUTES LES SÉANCES

TOUTES LES
SÉANCES
  • CYCLE BRIAN DE PALMA

    CYCLE BRIAN DE PALMA

  • CULTE

    CULTE

  • REPLAY MAI 2017

    REPLAY MAI 2017

  • INTÉGRALE ROBERT MITCHUM

    INTÉGRALE ROBERT MITCHUM

  • MERCREDI WESTERN

    MERCREDI WESTERN

  • REPLAY AVRIL

    REPLAY AVRIL

  • EARLY HITCHCOCK

    EARLY HITCHCOCK

  • INTÉGRALE JOEL McCREA

    INTÉGRALE JOEL McCREA

  • CYCLE AVENTURE

    CYCLE AVENTURE

  • SÉANCE CULTE BLAXPLOITATION

    SÉANCE CULTE BLAXPLOITATION

  • TRILOGIE RAMBO

    TRILOGIE RAMBO

  • SÉANCE DAVID LYNCH

    SÉANCE DAVID LYNCH

  • SÉANCE FESTIVAL DE CANNES

    SÉANCE FESTIVAL DE CANNES

RobertMitchum1.jpg